Votre panier est vide pour le moment.

Cette création a bien été ajoutée à votre panier.

Poussières d’étoiles

Une exposition Collection Dragonfly

« On m’a dit : tu n’es que cendres et poussières. On a oublié de me dire qu’il s’agissait de poussières d’étoiles. »

Hubert Reeves, astrophysicien.

Cette exposition, construite autour de la Collection Dragonfly créée par Garance Primat, est une exploration des routes célestes, une divagation entre la Terre et les étoiles.
Empruntée à Hubert Reeves, qui l’utilisa pour le titre de l’un de ses livres les plus célèbres, l’expression « poussières d’étoiles » est à l’origine de Carl Sagan.
Dans sa série Cosmos, l’astrobiologiste américain déclarait : « L’azote dans notre ADN, le calcium de nos dents, le fer dans le sang, le carbone dans nos tartes aux pommes ont été faits à l’intérieur d’étoiles qui se sont effondrées. Nous sommes faits de poussières d’étoiles. »

Ce sont ces liens invisibles et essentiels entre l’homme, la nature et le cosmos que l’exposition se propose d’explorer.

Souvent organiques, les œuvres sont composées d’éléments naturels : branches d’arbres en bronze aux multiples ramifications pour Giuseppe Penone ; branchages blanchis pour le secret de la vie des plantes d'Anselm Kiefer ; roches massives constituant les deux figures du bonheur pour Ugo Rondinone et du cercle terrestre pour Gao Weigang ; bois et terre avec les 84 tableaux de herman de vries ; bois brûlé pour la sculpture de David Nash. Elles donnent à voir différentes représentations de la nature : cartes du ciel comme des écritures à l’encre sur papier par Caroline Corbasson ou collages pour Rivane Neuenschwander ; photographies en noir et blanc d’horizons et de mers par Hiroshi Sugimoto, Gerhard Richter, Vera Lutter et Thomas Ruff.

Elles parcourent les différentes nuances du ciel : encre sur papier de Yayoi Kusama et mezzotinte à l’aquatinte de Vija Celmins ; perles avec un tableau de Farhad Moshiri ; bleu et sable avec un monochrome d' Yves Klein ; gouache de Sol LeWitt ; gris et blanc avec la trace indélébile de Lee Ufan.

Créées par vingt et un artistes, les vingt-six œuvres s’inscrivent entre le ciel et la Terre. Libres de cimaises, les murs blancs de La Laiterie accueillent les tableaux, photographies et dessins tandis que l’espace central propose un parcours entre les sculptures afin de favoriser le dialogue entre les œuvres. Le visiteur peut cheminer et son regard est libre, sans entrave : seules les formes et les couleurs découpent l’espace et laissent résonner cette nécessité de respiration, de souffle.
C’est lui qui crée ses propres associations, qui délimite sa ligne d’horizon.
Certaines œuvres sont imposantes, massives, telluriques ... d’autres légères, aériennes et poétiques à l’image de l’escalier suspendu Up de Gao Weigang, invitation à atteindre l’inaccessible.

Cette synergie entre les œuvres qui s’opèrent nous l’espérons, rappelle celle qui nous lie à la Terre et au cosmos.

Les œuvres sont complétées par une installation appelée « Chambre des merveilles » où sont rassemblés des minéraux de la collection. Ainsi que la série Altars de Michael Heizer, qui se compose de douze gravures reproduisant des dessins d’objets visibles dans des plats très anciens.
Ceux-ci font écho aux trois photographies de Kapwani Kiwanga, Subduction Studies : deux roches appartenant aux continents africain et européen sont rassemblées par un effet de pliage et nous rappellent qu’il y a très longtemps, il n’y avait qu’un seul continent.
Une salle spécifique de La Laiterie abrite une installation inédite de Sheila Hicks inspirée de constellations et de filaments. Ce dispositif vient offrir une méditation au visiteur dans un espace clos où l’œuvre le propulse dans l’univers singulier de l’artiste et plus largement nous invite à nous laisser bercer par cette balade dans l'univers.

Symbole du cycle de la vie, l’exposition se termine par une œuvre hommage à l’astre solaire sans lequel aucune vie ne serait possible : The Sun de Ugo Rondinone irradie sur la terre du Domaine des Etangs.

Exposition Poussières d’Étoiles
La Laiterie du Domaine des Etangs, du 26 mai au 15 décembre 2018
Sous l’impulsion créative de Garance Primat
Commissaires : Hervé Mikaeloff et Ingrid Pux