Votre panier est vide pour le moment.

Cette création a bien été ajoutée à votre panier.

Le Cyanotype – La Cinquième Conteuse

05_Carasco_dragonfly_La-Cinquième-Conteuse-packshot

1

3000 €

Commander
Pré-commander

Le Cyanotype – La Cinquième Conteuse

Carasco
Par  Emilie Lacour

Dimensions

Édition limitée

1 pièce

1

3000 €

Merci ! Nous vous préviendrons en exclusivité une fois cette création de retour sur notre site.

Vous êtes déjà sur la liste d'attente pour ce produit.

Cette Création est réalisée à la demande. Quelques semaines sont nécessaires pour que la main et le savoir-faire de l’artisan la façonnent. Nous vous tiendrons régulièrement informé des étapes de sa fabrication.

Ces Créations, à tirage limité, ont déjà toutes été adoptées. Si vous le désirez nous vous préviendrons du prochain arrivage d’une création similaire ou d’un prochain réassortiment.

Malheureusement, cette création n’est plus disponible à la vente. Contactez-nous à l'adresse suivante : contact@dragonfly.fr

Commander
Pré-commander
Arrow

Découvrir plus

L'Artiste

Emilie Lacour - Carasco

Je m’appelle Emilie, je suis née au milieu des champs, une ligne d’horizon basse et lointaine donnant toute sa place au bleu du ciel. Un monde immense où cacher les rêves et suivre chaque jour le chemin du soleil. L’imaginaire posé sur de drôles de nuages, un bouquet de pâquerettes dans les mains et les pieds bien ancrés dans la terre.
C’est ainsi que je me promène encore. Cherchant la poésie dans la courbe d’une fleur, le merveilleux dans l’espace infini du temps, les fables dans le murmure du vent, j’avance, veillant à donner du sens à chacun de mes pas. La cyanotypie est mon moyen d’expression. Le soleil est mon outil. Les végétaux, mes plus belles muses. Le papier récolte les empreintes de cette nature conteuse et se gorge des énergies puissantes d’un astre créateur. Composer ensemble pour écrire l’histoire de Carasco aux contours bleu de Prusse.

L'oeuvre

La Cinquième Conteuse

La série «Les Conteuses» est née d’une envie de ne plus cueillir les végétaux mais d’en recueillir les histoires.

Ainsi, ce ne sont plus les fleurs et branches que je travaille dans mon atelier, c’est moi qui vient à elles, déposant simplement mon papier sensible contre cette nature merveilleuse. Je la laisse m’appeler, dans un pré, un champ, un parc, le long d’un chemin, dans un escalier de pierres. Attendre que le soleil en révèle les contours. Attendre encore, plus tard, que l’eau en révèle les secrets. Ceux qu’elle m’a confiée, ce jour là, à ce moment là, sous ce ciel. Précisément. Sur le papier, des contes en bleu de Prusse.

Au dos des cadres, une histoire gravée :
«Que résonne sur les chemins, les prés, les forêts,
Le souffle pur des contes de la nature.
Se laisser guider par les voix silencieuses de celles qui ont tant à dire,
Des mots encore incompris couchés par un soleil complice,
Révélés plus tard, plus loin,
Lorsque se confondront au clapotis de l’eau
Les contours bleus de leurs récits.
Ne plus cueillir. Juste recueillir. Les ombres et les lumières.
Juste ce qu’elles ont à nous conter
D’histoires.
Aller écouter, aller glaner
Les murmures d’une nature enchantée
Et suspendre le temps
Et surprendre les vents
Un écho, en empreinte sur le papier»